Simplement Ju\'

La stripteaseuse - Chapitre 17 : Sa famille, sa vie et les reste...

~¢нαριтяє 17 : ѕα ƒαмιℓℓє, ѕα νιє єт ℓє яєѕтє~

Song : I belong to you – Jessica Simpson

POV Bella

Le week-end était vite arrive et je devais avouer que je me sentais nerveuse à l’idée de passer deux jours chez les parents d’Edward. A vrai dire, j’avais peur qu’il ne me trouve pas assez bien pour Edward… Nous ne venions pas vraiment du même milieu social.

Nous étions partis en milieu de matinée le samedi pour Seattle. Les parents d’Edward nous attendaient pour midi. Je restais silencieuse durant le trajet. Alice, qui était aussi du voyage comme Jasper, faisait la conversation pour quatre.

Lorsqu’Edward arrêta la Volvo devant une immense villa blanche, mon cœur se mit à battre avec frénésie. J’avais l’impression de vivre les minutes avant de passer un examen.

Edward m’aida à sortir de la voiture puis nous nous dirigeâmes vers l’entrée de la maison aux côtés d’Alice et Jasper.

- Tout va bien ? Me demanda Edward.

- Oui. Mentis-je.

- Tu sembles… nerveuse. Dit-il en arborant un sourire malicieux.

Avant même que nous atteignîmes les premières marches du perron, la porte s’ouvrit laissant apparaitre une femme de petite taille au sourire éclatant et un homme blond très élégant. Ils étaient tous les deux très beaux, et je n’eus aucun mal à comprendre d’où Alice et Edward tenaient leur physique avantageux.

Les parents d’Edward embrassèrent d’abord Alice et Jasper avant de s’avancer vers nous. Ils embrassèrent leur fils puis à ma grande surprise, la mère d’Edward m’étreignit comme elle l’avait fait avec les autres.

- Bella ! Je suis ravie d’enfin faire ta connaissance !

Le père d’Edward eut exactement la même réaction que sa femme.

Tous deux respirés la gentillesse, et je me sentie aussitôt plus à l’aise.

- Je suis heureuse de vous rencontre Monsieur et Madame Cullen. Fis-je poliment.

- Grand Dieu ! S’exclama la mère d’Edward. Pas de Monsieur et Madame Cullen. Tu peux nous appeler Esmée et Carlisle !

Je fus alors convaincue d’une chose, les parents d’Edward et Alice étaient tout sauf des snobs prétentieux. Je ne savais pas pourquoi je m’évertuais à imaginer les gens aisés de la sorte. J’avais déjà eu la preuve du contraire avec Alice, Rose, Jasper, Emmett et Edward… et maintenant avec les parents Cullen.


POV Edward

Je connaissais parfaitement mes parents pour savoir qu’il allait appréciait vraiment Bella. Ma mère semblait littéralement charmait. Elle avait monopolisé ma petite amie durant la quasi-totalité du repas bien que mon père ait tenté à plusieurs reprises de poser des questions à Bella. Rien à faire. Evidemment ma chère maman n’avait pas pu s’empêcher de raconter les anecdotes les plus humiliantes de ma vie et s’en était donné à cœur joie en montrant fièrement les albums photos poussiéreux de mon enfance. Bizarrement, je pensais que ce genre de choses allait gonfler Bella mais cette dernière semblait sincèrement absorbée par ce que ma mère lui racontait et lui montrait.

Nous étions presque à la fin du repas lorsque mon père cru bon de nous parler du programme de la soirée.

- Aro donne une réception ce soir. Annonça-t-il.

- Sa femme serait ravie que vous veniez. Continua ma mère. Aro lui a acheté un nouveau piano. Dit-elle en se tournant vers moi. Elle aimerait beaucoup te le montrer mon chéri.

Aro Volturi était un ami d’enfance de mon père. Maintenant… disons qu’il était plus une connaissance. Tout le monde savait qu’il n’était pas clair et la façon dont il s’enrichissait d’année en année était un peu douteuse. Mon père s’était toujours débrouillé pour avoir une relation cordiale et respectueuse avec lui. Il se rendait à ses soirées pour éviter de froisser son ancien ami.

Jane était la sixième femme d’Aro. Elle avait 20 ans de moins que lui et 5 de plus que mois. Elle avait d’abord était sa secrétaire avant de le séduire et de devenir Madame Volturi.

Je connaissais assez Jane pour savoir qu’elle ne voulait pas me montrer son nouveau piano. Elle s’attendait à ce que je la saute… comme à chacune des réceptions de son mari depuis 4 ans. Mais cette fois-ci, cela ne se passerait pas comme ça car tout était différent. J’avais Bella.

Je n’eus même pas le temps de donner mon avis au sujet de la soirée. Alice s’était empressée de répondre pour nous tous.

- Génial ! S’exclama-t-elle en se levant et en tirant Bella par le bras. On va passer l’après-midi à se faire belle !

En l’espace de quelques secondes, elles avaient toutes deux disparues de la salle à manger ; Ce n’était pas aujourd’hui que j’allais passer du temps avec Bella.

***

Jasper et mon père s’étaient lancés dans une conversation purement politique… et quand ces deux là étaient lancés, il était dur de les arrêter. J’étais donc allé aider ma mère dans la cuisine. Malgré l’argent dont on ne manquait pas, ma mère avait toujours était contre le fait de prendre des domestiques, en dehors de Maria qui l’aidait pour le ménage deux fois par semaine. Ma mère aimait les choses simples dans la vie de tous les jours.

- C’est une fille bien. Me dit ma mère en me passant une assiette sale à mettre dans le lave vaisselle. Elle est bonne pour toi… vraiment.

- Je sais. Approuvai-je.

- Je commençais à croire ce que montrait et disait la presse.

- Comment ça ? La questionnai-je en fronçant les sourcils.

- Je commençais à croire que tu étais réellement un coureur de jupons multipliant ses partenaires sexuelles.

Je me mis à rire nerveusement.

- Je suis rassurée maintenant que tu as Bella. Conclut-elle.


POV Bella

Je n’avais même pas eu le temps de comprendre ce qui m’arrivait. En moins de cinq minutes, j’étais passée de confortablement installée à la table vers observée de haut en bas par Alice.

- Je sais exactement quelle robe il te faut ! S’exclama Alice fière d’elle. Ne bouge pas !

Allai-je vraiment assister à une réception me retrouvant au milieu de personnes plus riches les unes que les autres ? Vraisemblablement, c’était bien ce qu’il allait se passer et je n’avais apparemment plus mon mot à dire. Autant vous dire que j’étais encore plus nerveuse qu’avant la rencontre avec les parents d’Edward. Je veux dire : je n’étais jamais dans ce genre de soirée et je n’avais aucune satané idée de comment il fallait se comporter.

Alice revint radieuse tenant une robe devant elle.

- Qu’est-ce que tu en penses ?

La robe semblait plutôt courte… et décolleté au niveau de la poitrine et du dos. Elle avait une jolie couleur bleue nuit. Cependant… c’était trop pour moi… dans le sens que cette robe ne me ressemblait pas.

- Elle est très jolie. Répondis-je. Mais je ne peux pas porter cette robe. Elle est trop… légère.

- Je t’en prie Bella ! Tu as déjà portée plus léger que ça !

Comprenant sa bévue, Alice porta sa main à sa bouche alors que je baissai les yeux.

- Oh mon Dieu Bella. Excuse-moi… Je ne voulais pas…

- C’est bon Alice. Ne t’inquiète pas pour ça.

- Je… vraiment…

- C’est bon je te jure… Insistai-je.

- Bon… Mais pour la robe… c’est… tu vas être sublime avec Bella… puis… toutes les femmes présentes porteront ce style de robe…

Je levai les yeux vers Alice. Cette dernière était entrain de me faire son regard à la Alice Cullen et finalement… j’acceptai.

***

Je ne pensais pas que de devoir se préparer pour une soirée mondaine prenait tellement de temps. J’avais passé l’après-midi à me laisser manipuler par Alice. J’avais l’impression d’être sa poupée Barbie. Mais comment lui en vouloir ? Elle semblait prendre tellement de plaisir à le faire.

- Edward ne va pas en revenir quand il va te voir ! Décréta Alice quand elle en eut terminé avec moi. Tu vas être la plus jolie femme de toute la soirée.

- Tu exagères Alice !

- A peine !

Je m’avançai vers le miroir et je devais avouer qu’Alice avait fait des merveilles sur moi. J’avais même du mal à me reconnaitre… Portant, c’était bien moi. Alice se posta à côté de moi et regarda mon reflet dans la glace plutôt satisfaite de son travail.

- Au fait Bella… Dit-elle au bout d’un moment. Je voulais te dire… merci.

- Merci pour quoi ? Lui demandai-je étonnée.

- D’être là pour Edward. Tu l’as transformé. Il n’est plus le même. Il a vraiment changé.

- Je… je n’ai pas beaucoup de mérite.

- Oh si ! Crois-moi ! Je ne sais pas comment il aurait tourné s’il ne t’avait pas rencontré.

Elle hésita avant de continuer.

- J’adore mon frère… mais je commençai à ne plus supporter qu’il prenne mes parents pour des pigeons.

- Comment ça ?

- La quasi-totalité des frasques d’Edward paraissaient dans la presse… Il arrivait toujours à faire croire à mes parents que s’était des conneries. Ce que je veux dire… c’est que pour eux… Edward a toujours était un saint. Alors… je pense que c’est vraiment bien pour lui d’être avec toi.

Quelques secondes plus tard, Edward entra dans la pièce vêtu d’un costard gris. Il était à tomber.

- Vous êtes prê…

Il ne termina pas sa phrase. Son regard était fixé sur moi et sa bouche grande ouverte.


POV Edward

Je restai immobile dans l’encadrement de la porte subjugué par tant de beauté. Mes yeux balayaient avec insistance les corps de la divine créature qui se tenait devant moi. Bella était belle d’origine mais là… ça dépassait l’entendement !

- Waouh ! Tu es… Il n’y a pas de mots ! La complimentai-je.

Les joues de Bella prirent une teinte rosée alors qu’Alice souriait fièrement comme si je venais de complimenter un de ses chefs-d’œuvre.

- Je reviens ! Dit cette dernière. Je vais nous chercher des sacs à main assortis à nos robes.

Une fois que ma sœur eut quitté la pièce, je m’avançai vers Bella ne la quittant pas des yeux.

- Tout va bien ? m’enquis-je.

- Oui ça va.

- Je suis désolé pour tout ça. Je ne voulais pas forcément t’entrainer dans ce genre de soirées.

- Ne t’inquiète pas… Je pense pouvoir y survivre.

Sans que je me rende compte, mon visage n’était plus qu’à quelques millimètres de celui de Bella. Je pouvais sentir son souffle chaud caresser mon visage. Mes mains étaient posées sur ses hanches et avaient rapproché son corps du mien pour combler l’espace entre nous.

- Mes parents t’aiment beaucoup… Ma mère trouve que tu m’as changé.

- Alice a dit la même chose.

- Oh ?

- Oui…

Mes lèvres s’écrasèrent sur les siennes alors que je la poussai contre le mur. Nos respirations devenaient éradiques. A cet instant, je n’avais aucune envie de me rendre à la réception des Volturis.

- Il y a une chose pour laquelle je n’ai pas réussi à te faire changer. Dit Bella haletante.

- Ah oui ? Laquelle ?

- Ton goût pour le sexe ! Murmura-t-elle à mon oreille.

- Hum… Tu es tellement sexy, chaude et désirable. Comment veux-tu que je résiste à l’envie de te faire l’amour ?

En guise de réponse, elle s’empara de ma bouche et m’embrassa avec ardeur. Mes mains alors posées sus ses hanches descendirent ses cuisses et attrapèrent l’extrémité de sa robe. Je commençai à faire glisser le tissu vers le haut des ses cuisses lorsqu’un raclement de gorge me stoppa.

- Bas les pattes Edward ! Gronda Alice. Tu ne vas pas me bousiller des heures de travail. Alors clame tes ardeurs !

Je me retournai alors vers ma sœur et lui lança un regard emplit d’éclairs.

Elle s’avança vers nous et tendit à Bella un petit sac de la même couleur que sa robe.

- Parfait ! Déclara Alice. Nous pouvons y aller maintenant !

Je n’étais pas tellement rassuré au sujet de cette soirée. Je savais qu’au niveau de Bella tout irait bien… Ce qui me faisait peur c’était la réaction de Jane.



10/02/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 228 autres membres