Simplement Ju\'

La stripteaseuse - Epilogue

єριℓσפυє~

Song : Erotica – Madonna

5 ans plus tard

POV Edward

~* Cullen&Cullen*~

Je regardai avec fierté l’inscription sur la porte avant de pénétrer dans le bureau. Avec l’aide de mes parents, Bella et moi avions ouvert notre propre cabinet d’avocat après avoir obtenu nos diplômes avec succès. Je m’étais spécialisé dans la défense des victimes de meurtres, viols et agressions. En même pas un an, je m’étais fait un nom dans la profession, et était devenu un avocat craint de mes confrères. Bella, elle, n’avait pas changé de spécialisation, sa préférence s’étant toujours portée sur le droit de travail. Elle avait bossé comme une malade pour réussir. Elle avait continué à refuser que je l’aide à financer ses études. Elle avait sa fierté, et avait obtenu un boulot à la bibliothèque marquant ainsi son indépendance et son ambition.

Durant les 5 dernières années, mon amour pour elle n’avait cessé de s’accroître. Nous avions été conçus pour être ensemble, et je n’imaginai pas ma vie sans elle. Après nos études, je l’avais demandé en mariage. Nous étions maintenant mariés depuis un an, et elle portait maintenant le nom d’Isabella Marie Cullen. Ma femme. Ma vie. Ma raison de vivre.

~*~

Cela faisait une heure que j’étais plongé dans un dossier d’agression, lorsque quelqu’un toqua à la porte.

- Entrez !

La porte s’ouvrit doucement laissant apparaître une femme vêtue d’un imperméable beige, d’un chapeau et de lunettes noires.

Un sourire se dessina au coin des mes lèvres.

- Je peux vous aider Mademoiselle ? Lui demandai-je d’un air sérieux.

- C’est Madame.

- Oh ! Excusez-moi Madame. Alors que puis-je faire pour vous ?

- J’ai besoin d’un avocat.

- Tiens donc… et de quoi faut-il vous défendre ?

Elle s’avança jusqu’à moi d’une démarche sensuellement féline, et se plaça derrière mon fauteuil. Je sentis son souffle chaud s’écraser sur le côté droit de mon visage, puis ses dents vinrent mordiller le lobe de mon oreille.

- Désolée Madame, mais je ne fais pas dans la défense des femmes adultères… Je peux vous donner la carte d’un de mes coonfrères si vous le souhaitez…

Un rire cristallin s’échappa de sa bouche.

- C’est vous que je veux. Dit-elle d’une voix suave. Je compte tuer mon mari…

- Meurtre avec préméditation…

- Hum hum… Je veux le faire mourir de plaisir.

- Cela risque d’une affaire intéressante… Je pense que je vais l’accepter…

Là-dessus, elle fit tourner mon fauteuil de manière à ce qu’elle puisse me faire face. Elle dénoua la ceinture de son imperméable et en déboutonna un à un les boutons. Je déglutis difficilement en voyant ce qu’elle portait en-dessous. Elle se débarrassa rapidement de son imper, retira ses lunettes et son chapeau, laissant ses boucles brunes s’étaler sur ses épaules.

- Joyeux Anniversaire de mariage mon amour ! Dit-elle en prenant une pause sexy, me laissant apprécier son corps de déesse dont seul un énorme nœud rouge couvrait la poitrine.

- Je veux bien le fêter tous les jours si c’est comme ça. Tu es trop bandante comme ça Bella !

Elle vint aussitôt s’installer à califourchon sur mes cuisses, laissant ses jambes pendantes de chaque côté du fauteuil. Nos bouches se rejoignirent sans plus attendre, ma langue caressa le contour de lèvres avant de forcer le barrage de ses dents pour rejoindre la sienne. Elles se livrèrent bataille de manière sensuelle, volant des gémissements de plaisir à Bella.

Mon membre devenait de plus en plus dur alors qu’elle se déhanchait sur moi créant une friction entre nos deux sexes. Et dire que cette divinité était ma femme. Celle que j’embrassai, que je caressai, que je léchai, à qui je faisais l’amour, que je baisais presque tous les jours depuis plus de 5 ans. Elle était parfaite pour moi.

Je pris ses fesses rebondies en coupe et la souleva pour la poser sur mon bureau. Je lui offris mon plus beau sourire, celui qui la faisait craquer, puis tira sur chaque extrémité du nœud. Elle était maintenant entièrement nue et offerte à moi.

Je me réinstallai sur mon fauteuil et roula jusqu’à elle.

- Penche-toi en arrière en te retenant sur tes avant-bras et écarte moi ses jolies petites cuisses. Lui ordonnai-je.

Elle s’exécuta immédiatement me donnant une magnifique vue sur son intimité luisante. Elle mordilla sa lèvre inférieure, chose qui me rendait complètement fou depuis toujours.

Sans plus attendre, je fis glisser un doigt le long de sa fente humide avant de l’introduire en elle. Elle se cambra, et laissa échapper un gémissement. Sa respiration était aussi erratique que la mienne.

J’approchai mon visage de son centre, et ma langue s’attaqua aussitôt à son petit paquet de nerfs, le léchant et le suçant avec avidité. Je savourai le goût de la merveilleuse ambroisie qui s’échappait de son sexe. Deux de mes doigts s’activaient maintenant en elle, en plus de ma langue sur son clitoris.

- Oh mon Dieu Edward… Oh ouiiiiiiiii…. Putain c’est bon !

Je la lapai avec encore plus d’ardeur, et bien vite, ses parois se resserrèrent sur mes doigts. Elle jouit fortement criant son plaisir.

Après avoir repris ses esprits, elle se redressa me lançant un regard brûlant de désir. Elle descendit du bureau et se positionna devant moi. Sans plus attendre, elle déboutonna ma chemise, retira ma ceinture, dé-zippa mon pantalon. Je soulevai les fesses, alors qu’elle tirait sur ce dernier et sur mon boxer libérant mon sexe devenu douloureux et désireux d’être en elle.

Elle s’agenouilla devant moi, déposa des baisers à l’intérieur de mes cuisses se rapprochant dangereusement de mon érection. Elle se mit à lécher mon membre d’un bout à l’autre pour le prendre entièrement dans sa bouche. Sa main droite suivait les mouvements de sa bouche qui me pompait avec avidité.

- Putain ! Haletai-je.

Je n’allais pas tarder à venir, et je voulais plus que tout jouir en elle.

Je le repoussai gentiment, puis l’aida à se relever. Je la poussai contre le mur, la souleva par les fesses l’obligeant à enrouler ses jambes autour de mes hanches. Je la pénétrai d’un violent coup de rein nous arrachant un cri de plaisir à tous les deux.

Ce que j’aimais avec ma femme, ce que nous pouvions faire l’amour de façon tendre ou bien baiser comme des bêtes. C’était à chaque fois un véritable feu d’artifice. Notre vie sexuelle était intense, et nous n’avions jamais laissé la routine s’y installer, innovant toujours plus…

Je la pénétrai avec force à plusieurs reprises, entrant et sortant d’elle, alors qu’une de mes mains caressait sa poitrine. Je pouvais sentir les ongles de Bella s’enfonçaient dans la chair de mon dos.

- Oh oui Edward… Geignit-elle.

Je grognai, et accéléra le rythme de mes assauts.

- Oh Mon Dieu ! Haleta-t-elle. C’est ça… Continue !

Je m’enfonçai en elle encore et encore, toujours plus. Quelques pénétrations plus tard, une vague de plaisir la submergea. Elle cria mon prénom, et je venais à mon tour, me déversant en elle.

Je posai mon front contre le sien alors que nous tendions de retrouver une respiration normale.

- Je t’aime Edward Cullen.

- Et je t’aime aussi Bella Cullen.

Un amour pur, un amour fort, une passion grandissante jour après jour, le besoin d’être ensemble… Vivre l’un sans l’autre nous était impossible. Nous étions liés à tout jamais…

&~FIN~&


Et voilà… c’est la fin… J’espère que cet épilogue vous aura plu… J’ai voulu terminé sur une note lemonesque… Le « Nœud Surprise » m’a bien fait marrer ! Lol !

= http://www[.]adameteve[.]fr/product/details/50377-noeud_surprise[.]html

En tout, je ne vous dirai jamais assez merci pour votre fidélité ! J’vous adore ! On se retrouve sur mes autres fictions… Je compte sur vous…

Rendez-vous jeudi (si tout va bien) sur « Le frère de mon fiancé » !

Bises,

Julia



10/02/2010
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 228 autres membres